Dr. Feelgood
Convalescence - Best (février 1978)

© Best
Merci à Pierre Chatelet !

Mais où était donc passé Wilko Johnson ? Depuis qu’il était parti en claquant la parte, le mitrailleur de Dr. Feelgood était aux abonnés absents. Mais le détective de Best a retrouvé sa trace. Lui a parlé. L'a vu en concert avec ses nouveaux assistants. Et s'en est revenu plein d'un swinguant espoir.

Wilko Johnson Se limait nerveusement les ongles devant un jus de framboise quand je suis arrivé avec mes questions. Depuis huit jours je la suivais à la trace dans Londres en folie punk afin de voir à quoi ressemble son nouveau groupe. Pour ce faire j’ai assisté à une trilogie de concerts dans de célèbres clubs comme le Nashville, où Little Bob Story connut ses premières heures de gloire anglo-saxonne. Même public, même affluence, tout le monde ne peut pas entrer, ça fait partie du jeu. C’était terrible ; ils ont même repris "Be-Bop-A-Lula", wow ! Avant les concerts, Wilko, toujours effroyablement nerveux, accorde pendant de longues heures sa Telecaster rouge et noire, ne s’arrêtant que pour une gorgée d’un quelconque jus de fruit, pour refuser une cigarette ("Je ne fume pas de tabac, surtout américain") ou pour reprendre une bouchée de de bon chocolat aux noisettes. Le type sain, quoi. Je lui ai même fait perdre son calme en brandissant mon appareil photo. "Pas de photos ! Surtout que je suis dans un horrible tee-shirt vert ! J’ai des fringues pour la scène et les photos. " Le costume noir en question lui rendant allure humaine, je m’exécute et la main tremblante qui me cachait sa vue repart d’un coup sec pincer les cordes de la fender. Wilko m’explique pourquoi il n’utilise pas de médiator. "Quand j’ai commencé à apprendre la guitare, j’ai vu un noir qui jouait le blues, pas possible. II jouait avec ses doigts, comme moi maintenant. Ça m’a drôlement épaté, alors. Depuis je fais comme lui. Et bien m'en a pris, car un médiator, ça glisse, et pour peu que tu sois énervé tu le perds tout le temps. " Et, oui, oui on a parlé de Doctor Feelgood.

"Depuis, euh, l’évènement…"

Wilko : "Je croyais qu'ils étaient mes amis que je pouvais compter sur eux ; mais en fait, ils me prenaient pour une sorte d’idiot, ils ne voulaient que m’utiliser… J’ai réalisé que je n’avais plus rien à dire pour la musique qu’on jouait pourtant ensemble. Il y a un moment où il faut admettre que continuer n’aurait plus de sens. Alors je suis parti."

Et tu n’as pas touché à une goutte d’alcool, même après ?
Non je n’ai pas fait de bêtises. Pourtant le cœur y était ! Je suis resté chez moi à Sounthend, et j’ai attendu le miracle.

Et il est arrivé ?
Je ne voulais pas prendre de "session-men", de musiciens professionnels blasés. De toute façon, je n’aurais pas eu l’énergie suffisante pour mettre un groupe sur pied. J’étais vraiment flippé…. Et puis John est arrivé. Le premier. Mais tu sais il est venu me voir, comme ça, pour savoir si on pouvait faire quelque chose ensemble, pas pour voir la star déchue ! C’est le meilleur pianiste rock de Canvey Island et de Southen réunis ! Je le connais depuis longtemps. Je jouais dans un groupe à lui, avant… Et puis on a formé Feelgood. Il a continué à jouer avec nous un moment, d’ailleurs. En 1972.

Un peu comme Lew Lewis faisait partie des Hot Rods ?
A la différence qu’ils ont fait deux simples ensembles. Je n’ai encore rien enregistré avec John.

Lors de la première du groupe au Ding-wall’s, Lew Lewis est monté sur scène pour un morceau. De projets ?
Je connais bien Lew. Il habite lui aussi Southend. Comme John, c’est un vieux copain. Au Dingwall’s j’ai simplement remarqué qu’il était là. Comme il avait l’air de tenir debout on a l’a hissé sur scène et c’était parti ! Quand j’ai quitté Feelgood j’ai bien pensé faire quelque chose avec lui. Malheureusement, à l’époque, le Lew Lewis band était formé. Ils ne sont séparés que récemment, quand mon groupe était formé ! On s’est un peu ratés ? Dommage : Lew ne sait pas faire grand-chose, mais quand il prend son harmonica, il est simplement magnifique ! Et puis, d’un autre côté, il me faut quelqu’un qui soit à l’heure aux concerts, qui ne soit pas saoul tous les jours de l’année ! (Une entrevue avec le Lew en question confirmera ses dires… snif !)

Tu n’as pas revu Feelgood ?
Je ne les ai pas rebus depuis, euh, l’évènement… Mon seul contact avec eux remonte à une rencontre avec John Mayo ; complétement par hasard, dans une maison de disques. On s’est serré la main, je lui ai souhaité bonne chance. C’est tout.

C’est tout ?
Enfin… J’ai eu Lee Brilleaux au téléphone… Ce fut bref !

"Post-Feelgood"

Wilko reprend une rasade de framboise. J’en profite pour insister sur le fait que Feelgood n’est plus pour lui qu’une vieille histoire, et une déception. En fait les gens avec qui il a joué pendant des années l’ont décidé à partir puisqu’il ne voulait pas suivre une "nouvelle orientation musicale" que je vous laisse le soin d’apprécier. Toujours est-il que ce départ forcé fut catastrophique pour Wilko qui voyait s’envoler le fruit mérité de plusieurs années de galère.

Fallait tout recommencer à zéro. Suivit donc une longue période de dépression profonde au point que l’on s'était permis de douter de sa santé, là-bas, à Southend. C'est ce qui explique qu'il n'ait pas écouté "Be Seeing You", featuring John Mayo, guitare, et n'aie visiblement pas eu d'échos des récentes tournées du groupe, en particulier celle, importante, des U.S.A., qui, selon mon informateur secret là-bas, fut "passée sous silence par la presse" alors que du temps de Wilko les foules se massaient aux portes des arènes pour assister à des concerts désormais mémorables. Mais maintenant séchez vos larmes car voici notre rubrique "actualités". (Wilko se sert un Iait-fraise.)

Ou est es-tu avec ton groupe ?
Eh bien nous venons de tâter le terrain en terminant notre tournée anglaise…

D’où viennent tes musiciens ?
Je t’ai dit pour John (Potter)… Quant à Stevie, le bassiste, il a fait partie du Count Bishops. Il vient aussi de la région de Southend et m’a été plus ou moins présenté par mon vieux pote Lemmy. (Lemmy est le bassiste-leader de Motorhead. Ex-Hawkind, il revient en force. Watch Out !)

Lemmy m’a dit que tu lui as donné un ampli de basse !
Oui, c’est vrai. On lui avait volé le sien, il était dans une merde noire. Mais c’est du temps où j’étais riche ! Alan est écossais. Il travaillait avec Salt, un groupe de Rhythm’n’Blues bien connu des habitués des clubs partout dans le royaume.

Sur scène John chante beaucoup de titres comme "I Got A Woman", "Move On Down The Line". Quelle va être sa part dans les futures compositions ?
Nous sommes tous des musiciens. Nous formons une entité. Chacun a sa part à faire dans les morceaux que nous présentons au public. Jusqu’ici, toutes les compositions nouvelles ont été écrites par nous quatre.

Compositions nouvelles ? La plupart du matériel que vous jouez sur scène, c’est des trucs comme "Highway 61" ou "I Got My Mojo Workin"… Presque uniquement de vieux standards. Personnes ne s’en plaint d’ailleurs…
Il faut dire que nous ne sommes pas ensemble depuis très longtemps. On a eu le temps de répéter de quoi faire un concert honnête, on a organisé la tournée avec Bobs, l’ancien manager de Motorhead, et voilà. Il faut bien comprendre que, pour l’instant, tout le groupe repose entièrement, financièrement, sur moi. Organiser une tournée coute cher et je ne vais bientôt plus avoir un rond ! Maintenant que l’on a prouvé sur scène ce qu’on peut faire, on va entamer les tractations avec les différentes compagnies de disques qui nous ont fait des offres. Pour répondre à ta question, si on ait des trucs somme "Boom Boom" de John Lee Hooker, c’est parce que ce sont des grands morceaux, que tout le monde les connait, les apprécie, et que c’est un plaisir de les jouer ! D’ailleurs les versions que l’on propose sont un peu différentes des originaux.

"Hoochie Coohie Man" sonnait exactement comme "Riot In Cell Block N°9" !
Oui ! Ça c’était une blague, pour confondre les gens !

Wilko Johnson travaille sur un nouvel album
11 Mai 2017

Nouvelle biographie sur Lee Brilleaux
27 Novembre 2016

Docteur Wilko Johnson
20 Novembre 2016

4 Novembre 2017
Dr Feelgood
Les concerts à venir...
... sur le site officiel

31 Décembre 2017
Wilko Johnson
Les concerts à venir...
... sur le site officiel


Document sans titre

© Dr Feelgood & Lucie Lebens - Tous droits réservés
In Memory of Lee Brilleaux & Gypie Mayo