Dr. Feelgood


Basse : John B. "Sparko" Sparks
Batterie : John "The Big Figure" Martin
Guitare : Johnny Guitar
Voix / Harmonica : Lee Brilleaux

Fast Women & Slow Horses

Année : Octobre 1982
Label : Chiswick TOSS 4 (réédition chez Grand 03 en mai 1989)
Enregistré : Juin 1982
Producteur : Vic Maile

1. She's the One (Dubas)
2. Monkey
(Difford, Tilbrook)
3. Sweet Sweet Lovin'
(Staines)
4. Trying to Live My Life Without You
(Williams)
5. Rat Race
(Brilleaux, Guitar)
6. Baby Jump
(Dorset)
7. Crazy 'Bout Girls (
Guitar)
8. Sugar Bowl (
Guitar)
9. Educated Fool
(Smith)
10. Bums Rush
(Brilleaux, Guitar)
11. Baby Why Do You Treat Me This Way
(Guitar)
12. Beautiful Delilah
(Berry)
13. Living On The Highway
(Nix, Russell)

Lee Brilleaux - Rock & Folk (1982) Propos recueillis par Thierry Chatain
Figure et Sparko jouent encore sur votre nouvel album ?
Oui, on savait qu'ils étaient sur le départ, mais on a décidé de finir le projet de disque. On n'avait pas encore enregistré sur cette formation, c'est bien qu'il en reste un témoignage. Et c'est une chouette façon de dire au revoir pour Sparko et Figure. Il y a une chanson inédite de Peter Staines, alias, Peter Gunn, des Inmates, sur l'album. Il nous l'a envoyée sous forme de maquette, il avait entendu que nous recherchions des compositions. Les Inmates sont un excellent groupe, et ils ont comme nous travaillé avec Vic Maile, le producteur. C'est drôle comme l'histoire de tous ces groupes n'arrête pas de s'emmêler.

Lee Brilleaux - Jukebox (années 80) Propos recueillis par Bruno Librati
Pour ce disque nous avons engagé l'ex Count Bishops Johnny Guitar. Johnny est quelqu'un de sûr et de fiable. Gypie est un musicien fantastique mais pas très fiable. Si tu lui demandes d'être à huit heures pour une répétition, il vient à dix heures. Johnny est l'opposé. Mais je ne pense pas que Johnny était le bon guitariste pour Dr Feelgood. Le début des années 80 n'a pas été bon pour Feelgood. Nous avons trouvé Johnny Guitar par l'intermédiaire d'une petite annonce passée dans le Melody Maker. Nous avons failli donner le job à Gordon Russell mais il était si jeune, sans expérience, il n'avait alors que 17 ans. Johnny est quelqu'un sur qui on peut compter. Il venait des Count Bishops et nous avons pensé qu'il serait un bon guitariste pour nous. Nous avons enregistré l’album "Fast Women & Slow Horses" avec Vic Maile sur Chiswick. C'est eux qui nous ont choisi et nous ont donné l'argent pour le faire. Nous avons enregistré dans les locaux de Vic au Jackson Studio à Rickmansworth, qui est fermé depuis. Ce fut la dernière fois que je passais une longue période avec Vic Maile. Pour ce LP, Glen Tillbrook et Chris Difford de Squeeze nous ont donné "Monkey". On a repris "Beautiful Delilah" de Chuck Berry, et Peter Gunn des Inmates nous a offert "Sweet Sweet Lovin'" qui est sans doute la meilleure chanson du disque, qui tient bien la route. Mais ce 33 tours fut un échec. Johnny est un très grand guitariste, pas spécialement pour les solos, mais en rythmique et ses accords son très bons. Il est très professionnel. De plus il chante et compose bien. C'est un musicien complètement sous-estimé.
Pourquoi ce titre "Fast Women & Slow Horses" ?
J’avais entendu ça dans un pub irlandais. J'étais là pour boire une bière, un Irlandais discutait avec un ami quand il lui a demandé pourquoi il était toujours fauché. Il lui a répondu "fast women, slow horses". Il usait tout son argent avec les femmes, qu'elles dépensaient rapidement c'est assez facile pour une femme, et il pariait sur des chevaux qui ne couraient pas assez vite. "Fast Women &' Slow Horses" c'était pas mal pour un titre d'album.
Durant cette période de Dr Feelgood n'as-tu jamais pensé à faire un album solo ? Quelque chose de différent des enregistrements du groupe ?
Mon manager me dit toujours ça . Je le ferais certainement un jour, mais j'ai besoin de vacances pour ça. Il me faudrait trois-quatre mois pour y penser sérieusement, car je ne peux faire bien qu'une chose à la fois et en ce moment c'est incombe qui compte.La tournée qui a suivi "Fast Women & Slow Horses" a été désastreuse. Sparko devenait fou. Il s'était marié aussi. Je le suis également depuis dix ans et si mon mariage dure depuis si longtemps c'est parce que je ne suis jamais là ! Feelgood est devenu malade et Dr Feelgood première époque s'est éteint. J'ai gardé de bonnes relations avec Big Figure et Sparko. C'est d'ailleurs une bonne idée qu'ils se soient remis ensemble avec Gypie sous le nom de Lone Sharks.
Dr Feelgood continue ensuite avec une nouvelle formation à partir de 1983.
J'ai arrêté pendant deux mois. Je ne tenais pas en place. J'allais au pub tous les jours. Quand il fermait, j'allais jouer au billard dans des clubs, je perdais mon argent aux courses. Ma femme devenait folle. J'étais bourré tous les soirs, toujours de mauvaise humeur. Puis mon agent m'a appelé, il m'avait trouvé quelques dates. J'ai donc réunis quelques musiciens et je suis reparti sur les routes. Phil Mitchell, le bassiste, jouait avant avec Lew Lewis et Mickey Jupp. Phil était à la même école que moi. Il connaissait un bon batteur, Kevin Morris qui avait joué avec nous dans le Pigboy Charlie Band et qui avait fait une tournée avec le groupe français Trust. Je me suis souvenu de Gordon Russell qui était venu auditionner en 1982. Comme quoi, je les connaissais tous.

 

 

Wilko Johnson travaille sur un nouvel album
11 Mai 2017

Nouvelle biographie sur Lee Brilleaux
27 Novembre 2016

Docteur Wilko Johnson
20 Novembre 2016

31 Décembre 2017
Wilko Johnson
Les concerts à venir...
... sur le site officiel


Document sans titre

© Dr Feelgood & Lucie Lebens - Tous droits réservés
In Memory of Lee Brilleaux & Gypie Mayo